Bien choisir son chien épagneul français

L’Élevage des Perdrioles produit des chiens épagneul français de qualité pour le propriétaire soucieux de l’excellence tout comme vous depuis plus de 20 ans.

Nous produisons que le meilleur possible pour vous!

Acquérir un chiot/chien Vous venez de prendre la décision d’acquérir un chien de chasse et vous vous posez les questions que tout le monde se pose dans ce cas. Tâchons donc d’examiner ensemble les différents choix que vous allez devoir faire.

ÉLEVEUR PRO OU AMATEUR ?

Éleveur de chiens, c’est toujours une passion avant d’être un métier. J’ai personnellement beaucoup d’estime et de respect pour les professionnels du chien et j’encourage tous ceux qui souhaitent acquérir un chien à se tourner vers eux.

JEUNE OU ADULTE ?

Faut-il acheter un chiot ou un chien débourré ?

Faut -il se laisser tenter par une petite boule de poil qui deviendra peut-être un grand chien de chasse ou choisir la sécurité avec un chien adulte qui, d’une certaine façon, peut déjà faire ses preuves ? 

Doit-on s’imposer d’éduquer un chiot pendant une année et lui apprendre, soi-même, les prémices du dressage ?

Peut-on au contraire laisser cette tâche à un éleveur ou à un dresseur confirmé et gagner ainsi du temps ?

Je crois que ces questions ne connaissent pas de réponse unique.

S’il est vrai qu’il peut être tentant à bien des égards d’adopter un adulte débourré… Il est également certain que beaucoup de chasseurs préfèrent prendre un chiot. Il semble que l’adoption d’un animal soit ressentie de façon plus intense sur le plan affectif s’il s’agit d’un chiot.

Le fait de présider à l’éducation de l’animal dans ses premiers mois, va de paire avec une intimité plus grande.

Je pense pour ma part qu’il est tout à fait possible de nouer des relations de grande qualité avec un animal que l’on adopte à l’âge adulte. À condition que celui-ci ait été correctement socialisé dans son jeune âge.

Les premiers mois de vie du chiot ont en effet une énorme importance. Ils conditionnent, en partie, ce que deviendra l’individu et surtout la nature des relations qu’il aura avec l’homme. Trop de chiots sont abandonnés au chenil dès l’âge de six semaines en attendant d’être dressés.

Or c’est essentiellement entre la septième et la douzième semaine de vie que le chiot apprend à connaître et à comprendre l’homme.

S’il n’est pas en contact étroit avec ce dernier, le chien qu’il deviendra pourra se montrer d’une certaine façon«associable ». Évidemment, lorsque l’on adopte un chien adulte, il est possible de tester rapidement son caractère et son équilibre psychique, de même, qu’on peut juger des principales aptitudes recherchées chez le chien de chasse: nez, passion de la chasse, entreprise, aptitude à l’arrêt pour les chiens d’arrêt…etc.

Enfin, il est important de souligner que beaucoup de tares héréditaires ne sont décelables qu’à l’âge adulte. C’est le cas notamment de la dysplasie de la hanche, très répandue dans certaines races de chiens de chasse.

Outre le gain de temps qu’il peut y avoir à prendre un chien débourré plutôt qu’un chiot, nous allons donc trouver également un bénéfice sur le plan de la sécurité puisqu’on pourra juger de ses principales aptitudes et qu’on sera en mesure de savoir si l’animal n’est pas atteint de malformations gênantes pour ses activités cynégétiques futures.

Certes, un adulte coûte toujours plus cher qu’un chiot. Cependant, il faut tenir compte des frais que l’on aura pour élever un jeune. Aliments et soins divers représentent un certain nombre de dépenses qui auront été faites par l’éleveur ou le dresseur et qui ne seront plus à faire.

MÂLE OU FEMELLE ?

Lorsque la question se pose de choisir le sexe d’un chien, nous avons tous une préférence. On prétend parfois que les femelles seraient plus proches de l’homme. Je ne pense pas cependant que cette affirmation soit fondée.

Au plan du comportement et du caractère, chaque individu est unique. Le sexe n’influence que très peu le comportement sauf chez les chiennes en période de chaleur ou de lactation nerveuse. Il faut justement se souvenir que si on prend une femelle on aura à supporter les chaleurs et d’éventuels épisodes de lactations nerveuses qui peuvent durer plusieurs semaines.

Faisons le compte. Deux fois trois semaines d’indisponibilité relative pour les chaleurs suivies, parfois ( deux mois plus tard) de deux ou trois semaines de lactation nerveuse: la probabilité est forte qu’une de ces périodes tombe pendant la chasse. On est donc tenté de conseiller aux gens de plutôt prendre un mâle.

Évidement, l’intérêt de la femelle c’est qu’on peut toujours espérer un jour lui faire faire une portée pour garder un petit qui lui succédera. C’est là une formule heureuse et conviviale mais peu de gens ont la possibilité de concrétiser ce projet dans de bonnes conditions et beaucoup finissent par y renoncer à moins bien sûr de regarder les possibilités offertes par votre Éleveur.

 N’hésitez pas à communiquer avec nous pour plus d’information sur votre prochain chien…

EnglishFrançais

AIMEZ NOTRE PAGE FACEBOOK!